1. Invasion / Projet Recherche et exploration

Invasion étudie l’espèce humaine en s’appuyant sur les sujets de recherche traités par le laboratoire de l’Observatoire de Floirac. L’une de ces disciplines est l’exobiologie qui se penche sur les questions liées aux origines de la vie, à son évolution et à sa distribution sur Terre et dans l’Univers. Les exobiologistes étudient en particulier la chronologie des événements ayant conduit à l’émergence du vivant et les indices de vie passée sur Terre et dans l’Univers.

L’homme est une espèce invasive*

La Terre est une planète encore viable mais peut être plus pour longtemps. Invasion propose de détourner les éléments architecturaux singuliers de la rive droite de l’agglomération de Bordeaux (Aquitaine – France) en instruments d’observation et d’effectuer des expérimentations sur le parc des Côteaux (Bassens, Lormont, Floirac, Cenon) pour imaginer des solutions alternatives à la vie sur Terre. Pendant la Nuit Verte (28 septembre 2014, Parc des Côteaux – Lormont), et peut être un peu avant si vous levez les yeux, vous parlerez aux étoiles, nous tenterons d’être perceptibles par d’autres civilisations, nous découvrirons des exoplanètes, nous communiquerons avec d’autres formes de vie dans l’Univers…

Projet en cours de réalisation dans le cadre de la biennale d’art contemporain PanOramas (Bordeaux- 33)

Installation vidéo au quartier général de PanOramas 2014 – 27 juin 2014

* »Réfléchissons. Si l’on se base seulement sur les critères permettant de caractériser une espèce comme étant invasive, on peut certes être tenté de se dire que l’homme est assurément, elle aussi, une espèce invasive. L’espèce humaine répond en effet plutôt bien aux critères relevant des diverses définitions des espèces invasives. Tout d’abord, l’homme se disperse aisément dans l’espace, franchit aisément les frontières naturelles, et est capable d’investir une large gamme d’habitats. Il est aussi capable d’expansions démographiques rapides et peut même se présenter sous des densités très élevées, comme cela s’observe par exemple dans les milieux urbains ou certaines zones de forte productivité agricole. Enfin, il peut impacter très fortement l’environnement dans lequel il se développe. » Extrait de l’article L’homme est-il une espèce invasive ? par Jacques Tassin, écologue au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement Installation vidéo au quartier général de PanOramas 2014 – 27 juin 2014